La délicate question des tarifs de la secrétaire indépendante

1 euro

Voilà un sujet qui fait toujours débat, les avis étant toujours divergents sur le sujet.

J’avais déjà parlé de la difficulté d’établir un tarif horaire et de l’argument récurrent « c’est trop cher » que l’on retrouve assez souvent.

Et la tentation peut être grande de baisser ses tarifs.

Néanmoins, je crois que pour être rentable à terme il y a un seuil au-delà duquel il ne faut pas descendre.

Car pour qu’une entreprise perdure, elle doit être rentable et donc que le tarif horaire couvre tous les aléas.

Il faut donc prendre en compte les charges à payer (24,6 % pour le RSI) mais aussi tenir compte du fait qu’il peut nous arriver d’être malade ou même, chose exceptionnelle de prendre des congés! Et il est aussi fort probable que nous payions l’électricité et notre connexion internet ou que nous puissions avoir besoin d’investir dans du matériel, des fournitures…

Je ne crois donc pas me tromper lorsque j’avance qu’il faut enlever un minimum de 50% de charges  à son tarif horaire.

Aussi, lorsque je vois des tarifs entre 15 et  20€ de l’heure, j’avoue que ça me laisse dubitative.

Comment  survivre à terme lorsqu’on gagne moins que le SMIC? Quel est donc l’intérêt de créer son entreprise, avec tous les soucis que cela engendre, sans compter l’incertitude de ne pas savoir de quoi demain sera fait? Quel sera l’avenir de cette entreprise?

On peut aussi penser au mal que cela fait aux autres, à celles qui proposent un tarif « normal »…

Le débat reste ouvert

La délicate question des tarifs de la secrétaire indépendante
Mot clé :

6 commentaires sur “La délicate question des tarifs de la secrétaire indépendante

  • 25 février 2013 à 13 h 51 min
    Permalink

    Tout à fait d’accord !
    J’exerce la traduction, qui, comme l’activité de secrétariat indépendant, n’est pas réglementée. On trouve donc tous types de tarifs sur le marché… mais, soyons raisonnables ! Appliquons un tarif juste !
    Trop de personnes se bradent afin d’obtenir quelques contrats… ça ne valorise pas du tout nos professions.

    Répondre
    • 25 février 2013 à 14 h 22 min
      Permalink

      Je ne savais que c’était aussi comme ça chez les traducteurs. Ces entreprises-là ne tiennent pas longtemps ms malheureusement font du tort le temps qu’elles durent 🙁

      Répondre
  • 31 octobre 2013 à 21 h 20 min
    Permalink

    Bonjour,
    Je viens de découvrir votre blog. Vous avez raison à propos de la rémunération du service. Un professionnel qui ne veut pas payer un service de qualité à son juste prix, en dit long sur son propre service ou produits.
    Tirer les prix vers le bas, ne peut que tirer la qualité de service vers le bas.
    Beaucoup oublient que pour facturer 20€/h et vivre correctement de son activité il faut travailler 7h par jour sur 220 jours (365 j – (52*2) week-end – 30j de vacances) à cela s’ajoutent les charges diverses. Ce qui dans une activité d’indépendant(e) est quasiment impossible.

    Répondre
    • 5 novembre 2013 à 11 h 30 min
      Permalink

      Merci Xavier, pas tjs facile de faire comprendre ça à tout le monde… J’ai même déjà entendu que « finalement on ne paie pas tant de charges que ça »…

      Répondre
  • 17 février 2014 à 10 h 30 min
    Permalink

    Bonjour, je découvre votre blog et je suis effectivement entièrement d’accord. Oui il est très tentant lorsque notre interlocuteur nous répond « c’est trop cher » mais lorsqu’on décompte les charges, il faut un salaire derrière. En pleine prospection, je ne me démoralise pas, je reste sur les prix que je me suis fixé quitte à ce que cela prenne plus de temps pour décrocher des clients.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *